AIF AIF Association des Industries Ferroviaires

Monsieur Jean-Michel HIOLLE, Président de l'AIF depuis 4 ans a tenu ce 12 Octobre sa dernière Assemblée Générale AIF en tant que Président.

Le Dîner du Ferro, organisé par l'Association des Industries Ferroviaires Nord - Pas-De-Calais - Picardie, a eu lieu le 21 Juillet 2016 à 18H00 au Pasino de Saint-Amand-Les-Eaux

Les projets industriels français se multiplient en Algérie. Dernière annonce en date : l’implantation du groupe Hiolle Industries via la création d’une filiale avec des partenaires algériens dans le cadre du 51/49. Hiolle est notamment les services électriques et mécaniques pour les industriels du ferroviaire et des transports propres.

Depuis moult années, le Directeur de l’AIF a pris son bâton de pèlerin pour dire aux membres de son Association des Industries Ferroviaires (AIF) qu’il faut s’unir pour peser plus lourd notamment là où sont les marchés.

Par Véronique BERTIN
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le marché ferroviaire devient mondial. Pour aller conquérir des marchés au-delà de nos frontières, les sous-traitants du ferroviaire doivent s’unir pour peser plus. Depuis des années, l’Association des industries ferroviaires prône le regroupement. Le premier d’entre eux a vu le jour mercredi.

Par Véronique BERTIN
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article de Véronique Bertin pulbié le 15/11/2016 dans la Voix du Nord

S’il en est un qui connaît bien le ferroviaire, c’est lui. Héric Manusset, directeur général de l’Association des industries ferroviaires (AIF) qui regroupe une centaine d’acteurs du secteur dans les Hauts-de-France, est au contact des PDG d’Alstom et de Bombardier mais aussi des responsables de PME, des fournisseurs ou des sous-traitants qui pâtissent du manque de charge des grands donneurs d’ordres régionaux.

Son constat ? «  Le marché intérieur est faible. Le marché international est florissant. » Son travail est donc «  d’amener les PME sur ce marché-là  ». Pour lui, la survie des entreprises ferroviaires passera aussi par «  les groupements  ». Le premier groupement, portant sur l’ingénierie, a été lancé en fin d’année dernière pour «  capter de nouveaux marchés  ». Et ça fonctionne : il a déjà décroché des contrats. Mais créer un groupement, ça coûte.

Régulièrement, Héric Manusset passe aussi le message que «  100 % de production ferroviaire, ça ne doit plus exister. Il faut pouvoir travailler pour le naval ou la logistique  ». Comme certains politiques, et notamment Xavier Bertrand, le président de Région, il est favorable à l’introduction de clauses dans les cahiers des charges des appels d’offre. Notamment sur « la taxe carbone » ou « la responsabilité sociétale »

Sous-catégories